top of page
Rechercher

Collaboration entre les robots et les hommes : utopie ou réalité ?

Dernière mise à jour : 14 févr.

Les robots sont de plus en plus présents dans notre quotidien. Au vu de la 4e révolution industrielle, ils sont amenés à être des éléments indispensables de nos industries futures. Par ailleurs, les robots répondent à la pénurie de main d’œuvre qualifiée connue actuellement et aux délais toujours plus courts qui doivent être respectés. Une collaboration entre les robots et les hommes peut-elle se faire ? Quelles sont les enjeux de cette collaboration ? Les robots vont-ils prendre la place des hommes dans les usines ?


Collaboration hommes robots
Robot collaboratif SHERPA

Quelles formes peuvent prendre les interactions entre les hommes et les robots ?

Les interactions entre les hommes et les robots diffèrent selon le type de robot utilisé. Il existe des exosquelettes, des robots industriels et des robots collaboratifs ou cobots.

Les robots sont de nos jours utilisés pour effectuer des tâches répétitives et pénibles. Ils servent aussi au transport et à la manutention de charges lourdes et permettent de préserver la santé des opérateurs. Des robots spécialisés dans le picking, l’assemblage ou la palettisation existent également.

Les robots sont utilisés dans tous les secteurs, que ce soient les industries traditionnelles comme l’automobile, l’aéronautique et l’agroalimentaire, tout comme dans la logistique, la distribution, l’e-commerce ou encore l’hôtellerie.

Selon le robot, l’interaction avec l’homme peut s’inscrire dans la coprésence ou la collaboration. La coprésence signifie que les robots et les hommes travaillent dans un même environnement, mais sur des tâches différentes. La collaboration implique que les robots et les hommes travaillent main dans la main. Il n’est ici pas question de remplacer les hommes par les robots. Aujourd’hui, les cas de coprésence existent dans de nombreuses usines. Cependant, c’est la collaboration plus étroite entre les hommes et les robots qui révolutionnera le monde de l’industrie. Pour que cette collaboration se fasse de manière optimale, il est nécessaire pour le robot de connaître les tâches et les mouvements de l’homme.

Le cas des AMR SHERPA est l’exemple type de cette collaboration entre l’homme et le machine. Doté d’une fonction follow me, le robot SHERPA peut, par exemple, suivre l’opérateur dans une mission de préparation de commande, et ainsi le soulager du port de charges. Il va ensuite transférer les colis en totale autonomie vers une zone d’expédition. Le robot se charge ici des déplacements à faible valeur ajoutée. L’opérateur se concentre lui sur sa préparation de commandes et limite ainsi le taux d’erreur. Ainsi, les processus de préparation de commande sont optimisés et la productivité améliorée.


Quelles sont les avantages de cette collaboration ?

La collaboration entre les hommes et les robots permet de cumuler les capacités et compétences des deux parties.

Les robots ont l’avantage d’effectuer en continu des tâches de manière précise et rapide. Ils ont également une grande capacité opérationnelle, car ils ne subissent ni la fatigue ni le stress. Cette capacité opérationnelle leur permet de répéter les mêmes tâches de manière autonome et avec un taux d’erreurs très faible.

Les hommes possèdent des facultés qui ne peuvent être imitées par les robots. Les capacités d’analyse et de réflexion de l’homme lui permettent de faire face à des situations inconnues ou imprévues et de prendre les meilleures décisions. Son esprit critique lui donne également la possibilité de changer de position et de choisir un autre angle pour résoudre un problème ou pour effectuer une tâche. L’être humain reste donc flexible. Ce sont les soft skills qui différencient grandement les hommes des robots. Ainsi, les hommes sont créatifs. Ils possèdent par ailleurs l’intelligence émotionnelle, ce qui leur permet de communiquer et de prendre des décisions.

La collaboration entre les hommes et les robots possède donc de nombreux avantages qui entraînent des retombées positives sur la pérennité d’une entreprise. En effet, cette collaboration a pour effet d’augmenter la productivité sans baisse de qualité et ainsi, de réduire les coûts et d’augmenter les recettes.

Pour les opérateurs, cette collaboration est un moyen de préserver leur santé, en les soulageant des tâches pénibles et répétitives. Les opérateurs sont alors utilisés pour des tâches pour lesquelles leurs compétences sont utilisées à bon escient. Comme l’utilisation des robots améliore la productivité et la compétitivité, elle préserve et crée des emplois.

Le plus important dans cette collaboration entre les hommes et les robots est d’utiliser les hommes pour leurs qualités spécifiques et de même pour les robots. Il ne s’agit donc pas de remplacer les hommes par les robots, mais bien d’instaurer des processus qui exploitent la complémentarité des hommes et des robots.


Les limites de cette collaboration

À ce jour, aucun cadre éthique précis n’existe concernant l’usage des robots. Or, la collaboration entre les hommes et les robots peut notamment entrainer un anthropomorphisme généralisé, c’est-à-dire que les hommes peuvent donner aux robots des caractéristiques humaines qu’ils ne possèdent pas en réalité. La collaboration entre les hommes et les robots pose donc de nombreuses questions éthiques et sociales.

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page